Hommage à Robert Pandraud

Publié le par patrice Calméjane

Resultats-legislatives-R-Pandraud-P.Calmejane-copie-2.JPG
C’est avec une très grande tristesse que j’ai appris la disparition de Robert Pandraud.

 C’est en 1988, alors jeune Conseiller Général, que j’ai pu connaître et apprécier Robert Pandraud puisqu’il a été élu Député de la 8ème circonscription de Seine Saint Denis, juste après avoir été Ministre délégué chargé de la Sécurité (de 1986 à 1988).

Je tenais à saluer l’action de ce grand Républicain, gaulliste dans ses convictions et dévoué à  l’intérêt général.

Après avoir servi  l’Etat en accédant aux plus hautes fonctions administratives au Ministère de l’Intérieur, Robert Pandraud a décidé de s’engager en politique pour  la défense de l’idéal gaulliste auprès de Jacques Chirac.

Ministre délégué à la Sécurité de 1986 à 1988, il a affronté avec courage et détermination une vague d'attentats terroristes à Paris.

A l’Assemblée Nationale, il était très apprécié de ses collègues avec qui il partageait sa grande connaissance des questions liées à la sécurité publique.

Proche de ses concitoyens, Robert Pandraud a toujours relayé les préoccupations des Gabiniens, Rosnéens et Villemomblois auprès des différents gouvernements.

 Son attachante personnalité, ses qualités d’élu à l’écoute ont permis d’instaurer des liens privilégiés entre Robert Pandraud -dont j’ai été le suppléant- et moi-même.

Son choix de ne pas se représenter aux élections législatives de 2007 m’ont permis de devenir Député. Sa force de travail et sa pugnacité restera pour moi un modèle pour accomplir le travail de parlementaire que j’effectue aujourd’hui.

Au nom de l’ensemble des habitants de la 8ème circonscription et en mon nom personnel, j’adresse mes plus sincères condoléances à toute sa famille et à ses proches.

Commenter cet article

CANNIZZARO 19/02/2010 12:43


Je partage la terrible peine de Madame PANDRAUD.
Elle l'accompagnait partout sur le terrain, souriante, aimable, digne, recevant les militants avec courtoisie.
Ce couple a longtemps collaboré à toutes les campagnes avec les électeurs du 93.
Nous ne verrons plus M. PANDRAUD, sa bonhommie, son franc parler, ces dernières années il nous manquait déjà, et maintenant c'est un très grand vide.
Toutes mes sincères condoléances à Madame PANDRAUD.
Il lui faudra énormément de courage pour supporter cet effondrement.