Discussions autour du triple A

Publié le par patrice Calméjane

La récente décision de l’agence mondiale « standard and Poor’s » de baisser la notation financière de la France a déjà été l’objet de nombreux commentaires.

 

Si ce déclassement de la France par une agence sur trois, mérite sans aucun doute réflexion et commentaires, l’impression que le Parti Socialiste s’en réjouit est pour le moins inappropriée. Pire encore, elle peut être perçue comme dangereuse car cela revient finalement à jouer contre l’avenir de la France.

 

Toutefois,  les accusations qui se sont focalisées en réalité contre le Président Sarkozy vendredi, -rendu coupable par le PS de la perte du triple A par l’agence « S and P »-, ont contrastées avec l’assourdissant silence du même groupe politique lundi lorsque l’agence Moody’s a confirmé pour le moment le triple A Français et la capacité d’emprunt de notre pays.

 

L’Agence Moody’s a d’ailleurs salué la volonté du gouvernement de réduire le déficit public à 3% en 2013 tout en jugeant positives les mesures déjà prises pour atteindre cet objectif.

 

Peut être qu’en réalité on peut trouver une cohérence dans la réaction du PS qui se réjouit de la perte du triple A dans un élan d’irresponsabilité qui se confirme si l’on reconnait la nécéssité d'un effort général pour réduire la dette. En effet, cet impératif se situe aux antipodes du programme du PS pour les élections présidentielle de 2012 qui, s’il était appliqué, coûterait 129 milliards d’€ de dette supplémentaire ! (voir ce blog, article du 24 octobre 2011, Projet PS : un coût exorbitant !).

Publié dans Assemblée Nationale

Commenter cet article