Le pragmatisme diplomatique de Nicolas Sarkozy permet la libération des infirmières bulgares

Publié le par patrice Calméjane

Il s’y était engagé lors de sa campagne, certains en ont rêvé, Nicolas Sarkozy l’a fait.

En effet, dès sa prise de fonction le Président Français a engagé une action diplomatique avec la  Libye pour la libération des infirmières bulgares détenues la bas depuis 1999. Ayant travaillé « main dans la main » avec la commission européenne comme avec les services du Quai d'Orsay, saluant la médiation du Qatar ainsi que le travail de Cécilia Sarkozy et de Claude Guéant, Nicolas Sarkozy reste l'acteur central de l'affaire.

Cette volonté d’une culture du « résultat » et de « pragmatisme » dans les relations internationales, ont permis d’aboutir à la libération des infirmières bulgares.

 De son côté, le PS relativise la performance de Nicolas Sarkozy, demande des comptes. Toutefois, on peut se poser la même question que le Président : qu’ont fait les socialistes, eux, lorsqu'ils étaient au pouvoir, pour « arracher » les six condamnés « à un sort peu enviable » ?..

Les faits sont incontestables et comme le titre le quotidien Le Monde de ce mercredi 25 juillet : c’est bien « l’Elysée et Bruxelles (qui) ont fait libérer les infirmières bulgares », Nicolas Sarkozy ayant eu un rôle fondamental dans les négociations.

Publié dans sur le terrain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flash 26/07/2007 14:03

Même si il faut saluer le travail du "clan" sarkozy, il ne faut pas oublier le travail des Anglais et des Allemands depuis de nombreuses années, et informer la population de l'accord qui a été passé avec Khadafi ; je n'ose croire que les requêtes de la France aient été acceptées pour les beaux yeux de Nico ;-)
Attention au risque de vouloir tirer toujours la couverture vers soit, nos chers voisins européens risquent d'apprécier modérament...
Mais je reste heureux du dénouement final et ne regrette pour le moment pas mon vote aux présidentielles.
Stéphane