Le conseil général subventionne les grèves chez PSA

Publié le par patrice Calméjane

Tôt ce matin c’est sur les ondes radios de RMC que patrice calméjane a fait connaître son opposition aux nouvelles élucubrations du conseil général de Seine Saint Denis. 
 Le Conseiller général, toujours sur le terrain, honorait le mandat dont la population l’a investi en étant heureusement présent ce mardi 3 avril au Conseil général. Ce dernier a souhaité verser une subvention de 20 000 euros en soutien aux salariés de Peugeot Citroën actuellement en grève !

Pour quelles raisons voter contre cette subvention ?

· D’abord, le procédé utilisé par le Conseil général est illégal et malhonnête :
car Le dossier a été déposé sur les tables mardi 3 avril au matin, contrairement à la loi qui prévoit de faire parvenir les rapports 5 jours avant le vote. L’annonce était pourtant déjà parue dans l’édition du journal "Le Parisien" du mardi 3 avril...
· Le fondement est idéologique et non pas en faveur de l’intérêt général des séquano-dyonisiens.
En effet, le conseil général politise ce conflit par l’intermédiaire de cette subvention. D’ailleurs, les visites d’Olivier Besancenot et Ségolène Royal le démontrent.
· Si le droit de grève doit être assuré, ce n’est pas le rôle d’une collectivité de financer les grèves !
Cela crée un précédent, par la suite, toutes les grèves seront alors subventionnées par les collectivités qui paieront !
Patrice Calméjane et Raymond Coenne ont rappelé que si des familles rencontraient des difficultés, les centres communaux d’actions sociales peuvent leur venir en aide au lieu de faire appel à une association dont on ne connait ni les dirigeants ni les activités.
Bien que la politique du Conseil Général soit globalement critiquée par le PS et l’UDF plutôt, il est vrai, hors périodes électorales, seuls les deux conseillers généraux UMP Raymond Coenne et Patrice Calméjane ont refusé de voter pour cette subvention de 
20 000 euros. Celle-ci a donc été adoptée à la majorité…


Le Conseil Général peut se le permettre, il demandera ensuite à l’Etat de l’argent en prétextant la non compensation de la décentralisation ou augmentera encore les impôts locaux !

Publié dans sur le terrain

Commenter cet article