L'Union pour avancer, ensemble

Publié le par patrice Calméjane

Faisant  part de ses choix personnels à propos des élections présidentielles, M. Chirac, estime que « les choses sont simples » : il soutient "naturellement" Nicolas Sarkozy . Ce dernier doit quitter le ministère de l'intérieur lundi. Il s'est dit « très touché » par le soutien de M. Chirac.

 « Il y a cinq ans, j'ai voulu la création de l'UMP [...]. Dans sa diversité, cette formation a choisi de soutenir la candidature de M. Sarkozy. C'est donc tout naturellement que je lui apporterai mon vote et mon soutien » a affirmé le président. La logique est implacable, et il ne faisait aucun doute que Jacques Chirac prendrait la décision de respecter le choix de la majorité des membres de son mouvement, créé dès l’origine pour rassembler l’ensemble des courants démocratiques de droite et du centre en dépassant les querelles de clochers. Cette union, François Bayrou l’a pourtant refusée dès le début. 

Au niveau du département de Seine-Saint-Denis, en dehors de quelques aspirations individuelles, cette volonté d’union est appliquée.

Cela a permis par exemple à Jean Christophe Lagarde, en tête d’une liste de droite et du centre, de mettre fin à des décennies de monopole communiste du pouvoir en devenant maire de Drancy.

 

Président de  l’UMO (union des maires d’opposition) qui  regroupe l’ensemble des maires d’opposition à la majorité du conseil général,

président du comité de soutien à A. Boué qui a conduit une liste de droite et du centre et permis de faire entrer la droite démocratique au conseil municipal de Romainville,

Patrice Calméjane croit en l’Union pour que tout avance dans l’intérêt général, celui de la population.

Publié dans sur le terrain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article