Violences au lycée de Gagny : la réponse du Ministre

Publié le par patrice Calméjane

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT – Le 11/03/2009 –  

 

"Patrice CALMÉJANE

Ma question s’adresse à monsieur le ministre de l’Éducation nationale. Hier, mardi matin, une bande de jeunes est rentrée par effraction à 10h30 dans les locaux du lycée Jean-Baptiste Clément à Gagny, dans ma circonscription, en Seine-Saint-Denis. Ils étaient cagoulés et armés de barres de fer et de couteaux. Ils sont entrés dans une salle de permanence où ils ont cassé du mobilier, mais aussi, et cela est beaucoup plus grave, tabassé des élèves et blessé une surveillante. Quatre personnes ont été hospitalisées. Douze ont été blessées. Beaucoup ont été choquées. Ces actes sont inqualifiables de par leur violence et de par leur objet. Monsieur le ministre, nous avons rencontré mardi après-midi l’ensemble de la communauté scolaire de l’établissement, à laquelle je souhaite rendre hommage pour leur sang-froid, et notamment madame MANSIAUD, la proviseur du lycée. Pouvez-vous, monsieur le ministre, informer la représentation nationale des suites de ces événements et des mesures que vous comptez prendre, en coordination avec vos collègues, les ministres de la Justice et de l’Intérieur, afin d’éviter que ce genre d’actes ne se reproduisent et pour que l’école de la République reste un lieu de paix et d’éducation.

Xavier DARCOS

Monsieur le député CALMÉJANE, je me suis rendu hier à Gagny, après cette agression inqualifiable, et avec vous nous avons constaté qu’il s’est produit hier, dans le territoire de l’école de la République, des faits qui relèvent de la délinquance. Une bande armée qui fait irruption dans un établissement, qui en force l’entrée et qui agresse violemment des élèves et des maîtres. Je veux dire que rien ne permettra d’accepter de telles violences dans un établissement, et que nos établissements seront protégés. Je veux rendre hommage à la communauté éducative de cet établissement, qui a bien réagi, qui ce matin-même a organisé une rencontre avec tous les élèves pour les aider à réfléchir aux conséquences de ces événements, et je voudrais dire aussi que nous avons décidé, en accord avec monsieur le Premier ministre, que le préfet et le recteur puissent prendre des décisions concernant les abords de cet établissement. Et enfin, le président de la République française recevra ce soir à 19 heures les représentants de la communauté éducative de Gagny, de sorte que nous puissions tracer avec eux des pistes et des solutions. Tout simplement parce que nous manifesterons une fois encore, mesdames et messieurs les députés, que rien ne viendra semer le non droit et la violence dans les établissements scolaires français".

Nicolas Sarkozy a effectivement reçu hier soir une délégation du L.E.P J.B Clément.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article