De l’affaire Vittorio de Fillipis

Publié le par patrice Calméjane

Voici ci-dessous la quasi-intégralité d'un courrier particulièrement pertinent adressé par Olivier Bureth Président de la FNUJA ( Fédération Nationale des Unions de Jeunes Avocats FNUJA) à ses confrères.

"
L’ancien directeur du journal Libération aurait été interpellé vendredi 28 novembre à l’aube, dans le cadre d’une plainte en diffamation. L’interpellation se serait déroulée de manière particulièrement musclée, [...]. Selon la Chancellerie, cette arrestation est tout à fait régulière dès lors que l’intéressé n’aurait pas déféré aux convocations qui lui avaient été adressées.
(Source : France Info, 1er décembre 2008, 13h53).

Certes l’interpellation d’un journaliste à l’aube, devant ses enfants, transféré menotté, déshabillé à deux reprises, tout cela dans le cadre d’une plainte en diffamation est choquante.

Certes, la FNUJA s’associe aux protestations nombreuses et quasi-unanimes de diverses associations, syndicats et partis politiques […].
Pour autant, elle s’étonne que la presse unanime, partis politiques de tous bords, associations de défense des libertés de tous horizons, s’émeuvent tout particulièrement de cette affaire en raison de la profession de la victime de ces agissements.
[…]
Aussi, la FNUJA rappelle que :
-  ce sont des dizaines de milliers de personnes qui se font interpeller tous les ans dans des conditions identiques ;
- que pour autant, même des policiers doivent bénéficier de la présomption d’innocence, alors surtout qu’ils n’ont agit que sur instruction d’un magistrat.

Elle regrette en outre l’absence de réactions équivalentes lorsque de tels agissements sont proférés à l’encontre de citoyens inconnus, tout aussi légitimes à bénéficier du même respect de leurs libertés essentielles qu’un journaliste, aussi remarquable soit-il.
Elle regrette notamment l’absence de réaction d’indignation lorsque des avocats subissent des traitements équivalents dans l’exercice de leur fonction, notamment dans le cadre des manifestations de novembre 2007 sur la réforme de la carte judiciaire ou dans le cadre des perquisitions de cabinets d’avocats[...].
Enfin, elle se félicite de la mise en place d’une commission de réforme du Code pénal et du Code de procédure pénale par Madame le Garde des Sceaux, conformément à son vœu déjà ancien de la réunion d’états généraux de la Justice.

En outre, la FNUJA appelle à une plus grande concertation entre les avocats et les journalistes, en ce que les uns comme les autres concourent à la protection de libertés publiques essentielles au bon fonctionnement de notre démocratie.

*Olivier Bureth Président de la FNUJA*".

Commenter cet article

dubuisson 11/12/2008 19:02

Merci de votre réponse et de votre soutien à cette grande cause.Bravo pour vos actions au plan local!Pour une carte de donneur c'est ici en quelques clics

dubuisson 10/12/2008 10:06

Bonjour,
 
Mr le député est cosignataire de la proposition de loi "don de vie" grande cause nationale 2009. A ce titre nous le citons sur le blog du collectif Don de Vie et avons intégré un lien vers son site. Toutefois il semblerait que cette actualité ne figure pas sur votre site.
Nous vous serions donc reconnaissants d'éditer une page ou un article sur cette proposition de loi pour soutenir la cause du don de vie.
 
Nous vous invitons à consulter le blog Don de Vie :http://dondevie.over-blog.com
Et vous remercions par avance d’un éventuel lien de retour.
 
 
Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.
 
Merci
Cordialement

patrice Calméjane 10/12/2008 11:20


oui, je vous confirme tout mon soutien dans la reconnaissance du don de vie  et plus précisément des dons d'organes, de sang, de plaquettes et de moelle
osseuse, comme grande cause nationale 2009, un don qui peut sauver des vies.

http://dondevie.over-blog.com/

Au niveau local, je soutiens également le don du sang, régulièrement organisé, en collaboration avec le Centre Médico-Social Municipal, Marcel Hanra. Cette fonction locale et
pratique pour la mise en oeuvre me parait aussi fondamentale.

Cordialement